seconde

06 mai 2010

Module: présentation par image

ernst  Rene_Magritte_La_trahison_des_images_1300px MaxErnst_Approachingpuberty1921 surrealisme_dalizoom_phot_andre_breton

QUESTIONS : 1) Que représente chaque tableau ? 2) proposez un titre 3) A quel univers certains tableaux vous font penser ? 4)  D’après vous qui sont les gens présents pour le tableau 1 et 4 ? 5) Que signifie le dernier tableau ? 6) Essayez d’établir les liens entre ces tableaux qui appartiennent au même mouvement artistique

Posté par inzastef à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 mars 2010

PLANNING

Le Théâtre :

Dénouement tragique/le jeu de l’amour et du hasard

PLAN DE SÉQUENCE

Semaine 1 :01/03 au 05/03 

u Exposés la vie devant soi=

  Synthèse séquence/ai commentaire

Commentaire jeudi 04/03

uProjet INO 2=Étape 1=  présentation des métiers du théâtre : constitution des groupes à distance + métier à travailler (compte-rendu rapide des métiers atypiques) Fiche de recherche sur un métier

Lecture du jeu de l’amour et du hasard à la maison pour le 15/03

Semaine 2 :08/03 au 12/03 

u Introduction :

ð       Vocabulaire du théâtre

ð      Corpus= le dénouement tragique

ð      Recherches sur le tragique

Lecture cursive pour le retour des vacances de Pâques= une tragédie au choix

uProjet INO=Étape 2= créer page métier théâtre sur son site, le présenter rapidement (créer des liens internet), commencer powerpoint (le but étant que les élèves le nourrissent au fur et à mesure)

Semaine 3 : 15/03 au 19/03

u Le jeu de l’amour et du hasard :

Þ     Contexte d’écriture : le siècle des Lumières, Marivaux

Þ     Analyse tabulaire

Þ     La scène d’exposition

uProjet INO=Étape 2= Fin travail présentation métier/évaluation diagnostique

Semaine 4 : 22/03 au 26/03

u La comédie sociale=

Þ     Les procédés du comique

Þ     Le quiproquo de la pièce

Þ     La rencontre des maîtres/des valets

u Projet INO= Étape 3= établir le travail fait en groupe pour soi : mon orientation : ce qu’on doit faire, établir des liens internet, des interviews, des vidéos (visite des chercheurs)

Semaine 5 : du 26/03 au 02/04

u Écriture=

Þ     Imaginer la mise en scène de l’Acte sc3= entraînement pour le récit d’invention

Þ     Les personnages dans la pièce

POUR LES VACANCES= A partir des recherches effectuées sur les métiers du théâtre vous proposerez sous forme d'Article de journal les choix de mise en scène pour la scène Acte III,scène 6

Posté par inzastef à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2010

La tragédie

untitled

1 - Histoire de la tragédie
- La tragédie naît dans l’Antiquité, à Athènes. Les dialogues des acteurs alternent avec le chant du chœur, et les malheurs survenus à de grands personnages sont mis en scène. Aristote, dans La Poétique, détermine les six parties qui composent la tragédie : "la fable, les caractères, l’élocution, la pensée, le spectacle et le chant" (chap. 6). Il montre que la tragédie a pour but de susciter la terreur et la pitié afin d’opérer une purgation des passions qu’il nomme catharsis. C’est au Ve siècle av. J.-C. que la tragédie antique connaît son apogée avec Eschyle, Sophocle et Euripide.
- Au début du XVIIe siècle, un genre nouveau apparaît : la tragi-comédie a pour particularité de présenter un dénouement heureux (Le Cid de Corneille, 1636). Le XVIIe, siècle du classicisme, voit l’apogée d’un genre tragique qui devient extrêmement codifié. La tragédie est en vers, comprend cinq actes, doit présenter des personnages de haut rang et s’inspirer de sujets antiques (Cinna, Rodogune de Corneille), mythologiques (Phèdre, Andromaque, Bérénice de Racine), bibliques (Esther, Athalie de Racine). Le sujet tragique par excellence est le conflit de la passion avec la raison. L.Goldmann définit ainsi l’homme tragique dans Le Dieu caché (Gallimard, 1976) : L’homme est un être contradictoire, union de force et de faiblesse, de grandeur et de misère ; l’homme et le monde dans lequel il vit sont faits d’oppositions radicales, de forces antagonistes qui s’opposent sans pouvoir s’exclure ou s’unir, d’éléments complémentaires qui ne forment jamais un tout. La grandeur de l’homme tragique, c’est de les voir et de les connaître dans leur vérité la plus rigoureuse et de ne jamais les accepter.
La tragédie est régie par la règle des trois unités ainsi que par celles de la bienséance et de la vraisemblance.
- Au XIXe siècle, la tragédie disparaîtra au profit du drame romantique, avant de réapparaître au XXe siècle sous forme de mythes tragiques (le mythe d’Électre, d’Œdipe) sans que le genre renaisse réellement de ses cendres. D’ailleurs, Jean Giraudoux parle de "comédie tragique" à propos de La guerre de Troie n’aura pas lieu (1935) et Jean Anouilh de "pièce noire" à propos de son Antigone (1944). On trouve également dans le théâtre de l’absurde des éléments tragiques qui témoignent d’ une angoisse existentielle (En attendant Godot de Samuel Beckett, 1953).

2 - Les caractéristiques de la tragédie
Elle se distingue par :
• Le choix d’un sujet noble.
• Une action simple et grande. Racine écrit dans sa préface de Bérénice (1670) :
Ce n’est point une nécessité qu’il y ait du sang et des morts dans une tragédie : il suffit que l’action, que les acteurs en soient héroïques, que les passions y soient excitées, et que tout s’y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait le plaisir de la tragédie.
Elle doit s’achever dans le chagrin et le deuil.
• Une structure classique : l’exposition, le nœud accompagné de quiproquos, de péripéties, et le dénouement qui voit souvent la mort d’un personnage.
• Des thèmes récurrents : l’amour, la haine, la jalousie, le sens de l’honneur et la fatalité contre laquelle l’homme tragique ne peut rien.
• Le dynamisme du héros : le héros tragique est héroïque.
• Des procédés rhétoriques particuliers : l’alexandrin reste le vers tragique par excellence. On trouve de nombreux procédés d’amplification qui visent à rendre les personnages héroïques. Le monologue rend compte des conflits internes des personnages, et le récit tragique a pour fonction de faire l’éloge d’un héros ou d’une action héroïque impossible à représenter sur scène. L’hypotypose permet de faire vivre sous les yeux du spectateur une action qui
n’a pas pu se dérouler sur la scène.

3 - Les procédés tragiques
La tragédie utilise des registres différents :
• Le pathétique suscitant émotion et compassion chez le spectateur.
• L’épique intervient souvent dans le récit de la mort des héros (par exemple, le récit de la mort d’Hippolyte dans Phèdre de Racine).
• Le lyrisme : on le retrouve dans l’expression des passions des héros ("Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue", Phèdre, 1677).
• Le tragique intervient lorsque les personnages ont conscience que le destin les accable et qu’ils ne peuvent lutter.
• L’ironie tragique intervient lorsque les personnages constatent avec une certaine dérision qu’ils sont les jouets du destin.
ULYSSE. - Vous êtes jeune, Hector !... À la veille de toute guerre, il est courant que deux chefs des peuples en conflit se rencontrent seuls dans quelque innocent village. (Jean Giraudoux, La guerre de Troie n’aura pas lieu, Grasset, 1985)

Posté par inzastef à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2010

projet ino

images

En parallèle de la séquence il est effectué un travail sur les métiers du théâtre

Lien= www.projetino2.sitew.com

POUR LUNDI 15 MARS= FINIR DE REMPLIR TABLEAU TRAGEDIE:CHERCHER TOUS LES MOTS QUI SE FORMENT à PARTIR DE DENOUEMENT.

Posté par inzastef à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sommaire

SEQUENCE 5= LE THEATRE

  • Perspectives dominantes : LE GENRE THEATRAL= DE

    LA TRAGEDIE

    A

    LA COMEDIE

  • Perspectives complémentaires : Le pouvoir du langage théâtral comme tribune sociale = l’argumentation.

Sommaire de la séquence :

Type de récit

Corpus

Etude

Définition du tragique

P 296,298,299

A partir de la définition du chœur dans Antigone et de l’histoire littéraire établir une première définition du registre tragique et ses critères.

Le dénouement tragique

P 296, et groupement de texte (p 288 à 295)

Appliquer la théorie dans des extraits= un moment essentiel de la tragédie= le dénouement.

Lire une tragédie classique (cf manuel) pour le retour des vacances de Pâques.

Le jeu de l’amour et du hasard

Etude du film l’esquive. Vers le devoir type BAC.

Posté par inzastef à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 février 2010

Synthèse séquence

Synhtèse séquence La vie devant soi Gary

Première partie= Un roman social

  • Des personnages marginaux auxquels on s'attache
  • Un univers misérable mais solidarité
  • Un mélange des origines et des cultures= Message de tolérance

Deuxième partie= Le récit à la première personne

  • Un jeu sur le langage= mélange des expressions, des fautes, du sens créant finalement une véritable poésie du langage
  • Un enfant ayant la parole= mélange des registres= lucidité, naïveté créant à la fois l'humour mais aussi le pathétique
  • véritable histoire d'amour entre Momo l'arabe et la juive Madame Rosa

JEUDI 4 MARS= COMMENTAIRE COMPOSE SUR UN EXTRAIT DU ROMAN

LIEN avec blog du projet ino= http://projetino1.canalblog.com/

Posté par inzastef à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2010

DEVOIR POUR LE 28/01/2010

POUR JEUDI 28 JANVIER VOUS DEVEZ A VOTRE TOUR FAIRE VOTRE PORTRAIT LITTERAIRE CETTE FOIS-CI SUIVANT LES CONSIGNES SUIVANTES=

-MINIMUM DE TRENTE LIGNES

- ORGANISER VOTRE PORTRAIT

- VOCABULAIRE VARIE

- CARACTERE PHYSIQUE LIE AU CARACTERE PSYCHOLOGIQUE

- INTEGRER DE MANIERE SUBTILE DES DONNEES DE VOTRE ARBRE GENEALOGIQUE

VOUS POUVEZ CHOISIR LA PREMIERE PERSONNE OU LA TROISIEME PERSONNE DU SINGULIER

Posté par inzastef à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2010

PLANNING SEQUENCE

planning

Posté par inzastef à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Présentation

la_vie_devant_soi_19

Afin d'entrer dans le roman de manière différente ci joint le lien d'un blog qui a mis quelques scènes du roman en bande dessinée http://nababuloscope.over-blog.com/article-620745.html

Posté par inzastef à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2009

Evolution

goule dracula nosferatu_murnau_03_g LestatandLouis lgpp31687robert_pattinson_is_edward_twilight_poster

De la Goule à Twilight vous voyez combien le vampire a évolué!!!

LE VAMPIRE
Le mythe du vampire a vu le jour avant le Moyen-Âge. A cette époque, les superstitions, la peur de la mort et d'aller en Enfer étaient très vives. Les paysans mais aussi les personnes les plus instruites (seigneurs et clergé) pensaient que le Mal se matérialisait sous des formes diverses, plus terrifiantes les une que les autres. Peut-être qu'ainsi, ils croyaient avoir un certain contrôle envers le "Diable" et donc le Mal.

En effet, il est plus évident de détruire des créatures palpables et réelles, que d'éradiquer une force immatérielle et surhumaine.
Ce qui est troublant, c'est que cette croyance est apparue simultanément un peu partout dans le monde, alors qu'il n'y avait pratiquement aucune communication entre les pays. Le vampire le plus connu et le plus conforme à la légende est le Dracula de Bram Stoker, inspiré du personnage médiéval Vlad Tepes. Ce seigneur roumain est connu pour sa folie sanguinaire (on lui a donné le surnom de Dracul: dragon en roumain).
Aujourd'hui, les vampires ne sont souvent plus qu'un objet commercial.
Ecrivain, réalisateurs, cercles occultes, tout le monde en parle. C'est pourquoi les capacités et les défauts de ces créatures ont été modifiées. Pour plaire au public.
Au XXIeme siècle, il y a beaucoup moins de croyants que dans les temps moyenâgeux. Ainsi, les vampires ne craignent plus Dieu non plus. Les crucifix, l'eau bénite, les hosties, les balles d'argent consacrées ne les touchent plus. Par contre, ils ont de nouveaux pouvoirs. Ils peuvent marcher sur des surfaces verticales, par exemple. Leur pouvoir de séduction a aussi considérablement augmenté.
Donc, maintenant, les vampires n'horrifient plus, ils séduisent, intriguent et font rêver.

Finalement le monstre n'est que le reflet de notre propre société: il cristallise nos peurs, nos rêves

Posté par inzastef à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]